Le trancheur d'emballage de médicaments
ou Tranch'_Embal'_Pharmacie


Cet outil n'est pas un coupe-cachet
dix-neuf

Plan de réflexion autour des préparations de piluliers :
Prendre et relâcher des ciseaux à longueur de nuit est un temps en soi qui ne sert à rien, revient souvent et constitue une réelle perte de temps et d'énergie, les garder à la main est impossible, c'est pourquoi je suis arrivé à concevoir mon trancheur d'emballage de médicament ou Tranch'_Embal'_Pharmacie. L'idée de base, c'est un petit ouvre-lettre publicitaire qui me sert à découper les plastiques des packs de bouteilles ou de cartons à la maison, petit, gratuit et inusable.
Ouvre-Lettre
Pour utiliser une lame de cutter à l'hôpital, il fallait que cette lame soit inaccessible aux doigts mais accessible aux emballages :
Mon outil se composait au départ d'une lame perpendiculaire montée à 12,8 cm de la base, soit une hauteur suffisante pour couper une pochette de laxatif ou une tablette de comprimés en deux. La base de 11 cm sur 10 cm et 4 cm de haut, et le tout fait une hauteur de 18 cm, et une largeur des tiges qui maintiennent la lame de maximum 5,5 cm pour un écart volontairement limité à 0.5 cm par souci de sécurité. L' outil est un bricolage mais il a déjà démontré son utilité, sa sécurité. Le gain de temps est certain. Plus besoin de chercher les ciseaux, de les mettre aux doigts, mon montage reste sur le chariot le temps de ma préparation de piluliers. Il reste juste à diriger et à faciliter la découpe par un pliage de la plaquette sur les pointillés, étape devenue facultative sauf en cas de problème d'axe. Il faut aussi voir comment ce montage tiendra avec le temps et comment les lames vieilliront. J'ai trouvé une société, la Société Leresche, qui m'a conseillé sur les petites lames industrielles de 0.15 et 0.3 cm.

Voici comment faciliter la découpe de médicaments avec mon prototype métallique lourd (gare aux chutes) et aux écrous blessants pour les doigts
  gfx/Tranche-cachets.jpg  gfx/Tranche-cachets-6.jpg  gfx/Tranche-cachets-8.jpg  gfx/Tranche-cachets-9.jpg 
gfx/Tranche-cachets-4.jpg  gfx/Tranche-cachets-5.jpg  gfx/Tranche-cachets-7.jpg

Les principaux modèles d'écrous normalisés : (1) écrou hexagonal normal, (2) écrou hauteur réduite dit contre-écrou, (3) écrou borgne, (4) écrou double, (5) écrou à frein Nylstop, (6) écrou carré, (7) écrou à embase, (8) écrou à oreilles, (9) écrou fendu, (10) écrou à créneaux.

- Les sources de problèmes sont évidentes, le poids de cet outils fait qu'une chute sur les pieds serait douloureuse mais le système est stable. Les arrêtes métalliques sont assez droites et peuvent rayer la surface sur laquelle on le pose. Vous constatez que la photo montre des patins adhésifs mis en dessous pliés en deux et tenus par du fil. Le système non lavable tel que a été remplacé avec quelques chutes de pansement hydrocolloïde en remplacement. Les doigts sont réellement inaccessible pour la lame même avec une intention de les mettre (En tout cas avec mes doigts). Les parties saillantes les plus dangereuses sont les bouts de boulons que l'on n'aperçoit pas sur la photo. Pour diminuer ce problème, j'y ai mis des écrous borgne qui donne une bonne couverture d'un boulon de petite taille à tête ronde et fait adoucir le contour des pièces brutes, cela évite d'utiliser des protections dessous. L'outil est désormais immergeable pour le nettoyer. Voici quelques vues de découpe de comprimés emballés plastique et aluminium ou de pochettes en papier.

Retour d'expérience de plusieurs mois :

L'outil est en œuvre depuis 2014, il n'a subi aucun dommage ni changement de lame malgré son usage une nuit sur deux jusqu'à l'été 2016.

Je souhaitai trouver un matériaux pour faire réaliser un système de découpe avec une base et deux montants qui passent correctement dans les orifices de cette base, une tige traverse la base de part en part afin de fixer les trois pièces ensemble. De ce fait, la lame qui a un logement en haut des montants, particularité indispensable à la sécurité des utilisateurs. J'en ai fait un plan tout en me demandant comment le réaliser. J'était convaincu de ma bonne idée mais je ne savais pas comment la réaliser : J'ai pensé à des solutions courant 2016, j'ai conctacté une usine de plasturgie pour me casser le nez face à une réponses très technicienne sur le coût d'une telle réallisation avec les études, les plans, le choix des plastiques en fonction des qualités recherchées, les tests nécessaires, ... Enfin de quoi déprimer autour de mma bonne idée! Je me suis posé la question du bois mais les ébénistes ne se sont pas intéressés, j'ai pensé à l'impression 3D sans y croire beaucoup avec quelques mails sans suite, je me suis adressé à un lycée ayant une filière d'usinage mais sans trouver de d'interlocuteur capable de m'aider la conception... Pendant ce temps là mon trancheur métallique fonctionnait pour mon usage personnel et mon idée trottait...

Plan nouveau projet 2D

TrancheurColorie

Partant du projet ci-dessus, un imprimeur 3d (http://www.breizh3d56.com/, Breizh 3D 56 de Ploemeur), a considéré mon plan, le trancheur orignal en métal et mon besoin de découpe et de sécurité. Il est parvenu à me modèliser un nouveau tranche-pilulier en cours d'expérimentation depuis août 2016. Notre projet initial consiste à voir si un tel article trouverai un industriel capable de produire et de le commercialiser afin de le rendre accessible à tous.
Grace à l'impression 3D, seule solution pour concevoir un prototype et le tester pour voir quel outils serait le plus adapté à un usage infirmier, l'aventure continue avec des questions qui se sont posées pour venir confronter mon idée de base à la réalité d'un usage. J'ai utilisé un premier prototype entre août et octobre 2016 qui ne fournissait pas la qualité de coupe du modèle métallique. Une chute a provoqué une casse et a permis d'améliorer le système, un autre modèle est en usage depuis sans aucun incident et avec une série de modifications : Infirmier et concepteur 3d, nous avons réalisé un outil qui est en cours de dépot auprès de l'INPI (http://www.inpi.fr/ ; Institut National de la Propriété Intellectuelle).

Le plastique 3D se construit par la répétition d'un tracé 2D en plusieurs couches jusqu'à obtenir un objet 3D. C'est assez bluffant de voir que le plan 3D d'un concepteur en trois dimensions sur écran finisse par devenir une réalisation concréte. Mais j'utilise une copie assez lointaine du plan que j'avais imaginé (Ci-dessus). L'objet tient ses objectifs : léger, utile, sécurisé, esthétique, nettoyable... sauf que l'impression 3D n'est pas complétement étanche (Ca ressemble à du plastique plein mais c'est poreux). Il lui faut du temps pour sécher (Prévoir une demi-heure). La lame ne supporte pas la solution de décontamination et rouille avec, un nettoyage à l'alcool et un graissage est préférable. J'ai réalisé des films de démonstration et des photos que je partage maintenant que nous avons entamé les démarchers à l'INPI. Vous trouverez le trancheur en action : Tranch'_Embal'_Pharmacie ou sur YouTube
Merci à tous ceux qui se sont intéressés à ma question qui semble sans intérêt tellement la question est basique et sans grand intérêt pour une infirmière. Beaucouop ne voit pas pourquoi je me suis pris la tête avec cette question et me trouve limite dangereux de travailler avec une lame de cutter !

Par contre, j'ai du mal à trouver des collègues qui avoue lâcher leur paire de ciseaux. Mes efforts pour communiquer sur cet outil et ses améliorations récentes font que l'outil est maintenant réellement utilisé par certains collègues. Je le vois au tranché de certains comprimés, il faudra une petite période d'apatation pour bien tenir la plaquette à deux mains avec une descente maitrisée des deux mains qui aboutit à une coupe droite.

Je vous invite à répondre à un questionnaire en vous connectant sur votre compte google (1 réponse anonyme par compte) à ce sujet sur https://docs.google.com/forms/ . Vous avez la possibilité de retourner voir les réponses pour vous faire une idée des pratiques et raisonnements qui sont à la base de cet acte simple mais pas que. Merci de faire un peu de publicité pour grossir encore le nombre de réponse, on finira par avoir un véritable échantillon d'opinions. Chacun y trouvera ses réponses. La mienne est trouvée, une lame de cutter à côté des doigts, ça ressemble à une idée folle mais c'est une véritable recherche de sécurité et de facilité. Personne ne se questionne lors de ses curetages de plaies au bistouris... Alors, pourquoi pas une lame protégée à quelques millimètres de vos doigts. Vous avez la photo de mes doigts.
MainGauche_2017_04_15.jpgMainDroite_2017_04_15.jpg

Mes doigts se portent très bien, sans l'ombre d'une blessure, depuis tout ce temps à travailler à quelques millimètres d'une lame de cutter.

Même si cette réalisation ne dépasse pas le statut de projet, elle m'aura fait réfléchir sur un acte simple pour une infirmière et me permettra de conserver un outil, le Tranch'_Embal'_Pharmacie, qui peut être utile à l'hôpital pour mes piluliers comme ailleurs pour des découpes diverses.
Même si cette idée ne débouche sur rien et même si j'ai pas inventé le fil à couper le beurre, je me serai rendu service dans mes tâches quotidiennes. De plus, le fait de cotoyer un spécialiste de la réalisation de projet 3D m'a obligé à rentrer dans une réflexion différente des raisonnements habituels de soignants : Comment analyser une découpe de plaquette, comment la rendre le plus ergonomique possible, est-ce plus facile avec ou sans outil, comment prouver ce que j'avance sur la découpe, comment faire un film vidéo pour démontrer l'intérêt de l'outil, comment communiquer sur un projet sans mettre son projet en difficulté, gagne-t-on vraiment du temps...? Que de questions posées et répondues par une seule idée de bases sur un simple de soignant autour d'une perte de temps à enfiler une paire de ciseaux : une simple intuition est devenue un projet qui me tient à coeur de partager avec toute la profession pour rendre service à ceux qui y voit plus q'un gadget mais un outil qui deviendra pour eux aussi indispensable que le four à micro-onde pour une maman qui veut rechauffer un plat.

Une nuit sans mon application à remplir les piluliers et sans mon trancheur est pour moi une nuit où je serai perdu...

Si cela peut vous intéresser, utilisez le formulaire de contact.


vingt
haut de page